Dossier artistique

Du Junkspace* de Rem Koolhaas au motels miteux des essais de Bruce Bégout, en passant par le cinéma d’Andreï Tarkovsky et de Peter Thompson, le projet OKZK convoque des références variées autour de questionnements sur le lieu abandonné, l’errance dans les non-lieux**, le spectral et le souvenir.
Dans une volonté de création de pièces mêlant analyse fictionnelle et expérience du réel, OKZK crée des protocoles, théories & programmes, et élabore un langage constitué de symboles pour la fabrication d’un récit crypté fait d’errance labyrinthique et de réminiscences d’un passé traumatique.
Ainsi le visiteur du vide ne recherche pas la ruine, l’élévation architectural partiel, les restes de tunnels. C’est le manque qui l’habite, le manque dans sa plus pure expression. Le pixel mort parfait « deadly perfect pixel » d’une cartographie mentale.
Plusieurs questions de posent alors à lui : la friche peut-elle être “état final” ? Les espaces blancs en périphérie des villes sont-ils territoires-amnésiques ? Peut-on définir une mythologie du chantier ? Quel possible extension de la ville-leurre*** ?
Témoignages et écrits permettent d’élaborer un tissu fictionnel et ainsi proposer l’expérience d’une errance post traumatique dans les ruines de la modernité.

Pour en savoir plus sur OKZK, ses expositions, publications et explorations : téléchargez le dossier de presse.
Télécharger le portfolio d’OKZK

Non-lieux** :
Espace générique où toute particularité est lissée et tous souvenirs confondus (zones périphériques, galeries marchandes, aires d’autoroute & restaurants routiers, chantiers).
Ville-leurre*** :
Réplique de ville permettant de tromper l’ennemi en temps de guerre. Elle peut avoir un rôle de propagande et agir ainsi sur son environnement immédiat (village potemkine).